Un anniversaire double : cérémonie du 28 mai 2019 mai 31, 2019 – Publié dans Littérosa

Le point d’orgue d’un anniversaire est généralement le moment de souffler les bougies ; mais parfois, c’est en trinquant qu’on le célèbre.

A l’entrée de l’un des salons du Hilton, c’est un accueil chaleureux et minutieux que monsieur Fakhraddin Ismayilov, l’ambassadeur de la Représentation Permanente de la République d’Azerbaïdjan auprès du Conseil de l’Europe, réserve à chacun des invités présents pour un double anniversaire. Les membres des Éditions Kapaz ont eu le plaisir d’y être conviés.

Fakhraddin Ismayilov

En effet, le mardi 28 mai 2019, les amis de l’Azerbaïdjan furent invités par la Représentation Permanente de l’État caucasien pour célébrer deux évènements : le centenaire de création du Service Diplomatique de la République d’Azerbaïdjan, ainsi que la Fête Nationale de ladite République qui commémore son 101ème anniversaire de proclamation.

L’équipe de Kapaz

Dans un discours remarquable, M. Ismayilov rappela les valeurs fondatrices et édificatrices de la République d’Azerbaïdjan depuis ses débuts en 1918, notamment l’instauration du suffrage universel, dont les femmes seront bénéficiaires au même titre que les hommes.

Ces valeurs humanistes que l’État a formellement intégrées par son adhésion au Conseil de l’Europe en 2001 sont régulièrement réaffirmées et tiennent une place importante dans la politique intérieure de l’État.

            C’est la raison pour laquelle la Secrétaire Générale Adjointe de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, madame Gabriella Battaini-Dragoni, prit la parole pour féliciter le peuple azerbaïdjanais pour les efforts constants entrepris en matière de respect des droits de l’homme.

Gabriella Battaini-Dragoni

Après que les invités aient levé leur verre en l’honneur de ces deux anniversaires et des discours prononcés, le buffet dînatoire et le vin azerbaïdjanais permirent de rassembler tout le monde autour d’un délicat récital de piano donné par Mme Narmin NAJAFLI.

Narmin Najafli

Valentin DA FONSECA

« La littérature kirghize, une littérature figée ?
« Île Infernale ». Nijat Kazimov »