« Le Chemin de Mukhtar Auezov ». Article de Nijat Kazimov août 31, 2019 – Publié dans Littérosa – Tags: , , , ,

Nijat Kazimov

Nijat Kazimov, Co-fondateur des Éditions Kapaz et rédacteur en chef de Littérosa. Directeur de la représentantion de la littérature azerbaïdjanaise en France. Auteur du livre « Les pierres en couleurs » .

Grâce à la maison d’édition Kapaz, j’ai commencé à mieux connaître la littérature mondiale. En tant qu’éditeur, j’ai toujours voulu publier une histoire ou un roman différent. Pour cette raison, je fais des recherches et chaque fois je trouve un trésor. Notre maison d’édition a pour objectif général de traduire et diffuser l’anthologie de la littérature des pays asiatiques, on a déjà publié « Anthologie de la littérature azerbaïdjanaise ». Je suis tombé sur de nombreux écrivains importants lors de mes recherches sur la littérature kazakhe. L’un d’eux était Mukhtar Auezov. Après avoir découvert ses histoires, j’ai décidé d’écrire cet article sur l’auteur. Dans cet article, vous en apprendrez sur sa biographie mais aussi sur ses oeuvres principales.

Mukhtar Auezov était un écrivain kazakh, activiste social, docteur en philologie, professeur et universitaire honoré de l’Union soviétique (1946). Il est né le 28 septembre 1897 dans la vieille ville de Semei à Kaskabulak, où il a passé toute son enfance.
Il a grandi sous l’influence spirituelle du poète Abaï. Son père Omarkhan et son grand-père Auez étaient tous deux très vénérés par le poète, voisin et ami de la famille. Son grand-père était un narrateur de contes folkloriques et a appris à son petit-fils à lire et à écrire. Il a également inculqué à Mukhtar un amour de la littérature et de la poésie d’Abaï.
Auezov est né dans une famille de nomades de l’actuel district d’Abaï, dans une province du Kazakhstan. Auezov a ensuite fait ses études au Séminaire des enseignants de Semipalatinsk et à l’Université d’État de Leningrad.
Auezov est surtout connu pour ses pièces. La première pièce de théâtre qu’il a écrite est Enlik-Kebek, une histoire de deux jeunes amoureux qui ressemble beaucoup à Roméo et Juliette. Il est l’auteur de plus d’une vingtaine de pièces de théâtre traitant des questions relatives au socialisme au Kazakhstan.
Après avoir écrit des pièces de théâtre, Auezov s’est tourné vers l’écriture de romans. Deux romans – Abaï et Le chemin d’Abaï – ayant pour sujet la vie du poète kazakh Abaï Qunanbayuli sont le produit des vingt dernières années de sa vie.
Mukhtar a d’abord étudié à Kaskabulak, puis dans une médersa musulmane à Semipalatinsk. C’était un étudiant extrêmement diligent et curieux, respecté par ses camarades de classe et ses enseignants.
Son père Omarkhan est décédé en 1900 et sa mère Nurzhamal en 1912. Le jeune Mukhtar a été élevé par son oncle Kasymbek, son grand-père Auez et sa grand-mère Dinas. En 1907, après une année d’études dans la médersa, il fut envoyé dans la grande école russe de Semipalatinsk.
Mukhtar Auezov a suivi le séminaire pédagogique de Semipalatinsk après avoir obtenu son diplôme de collège. Au cours de l’année scolaire 1912-1913, Mukhtar termina le premier cours de séminaire par un prix et pour terminer ses études il est parti à Semipalatinsk en 1919. À cette époque, il commença à se familiariser avec le russe et d’autres classiques de la littérature étrangère. En même temps, Auezov écrit des nouvelles, des poèmes et des articles qui commencent à être publiés.
Selon les témoignages des pédagogues, le jeune Auezov se distinguait par son attention irréprochable, ses dons extraordinaires, sa silhouette élancée et sa conviction aristocratique. Il était un sportif extraordinaire et représentait Yarysh F C, qui était à l’époque la meilleure équipe de football de la ville.
Mukhtar Auezov a rejoint la faculté d’une grande école publique. Il a également occupé divers postes au sein du gouvernement local à Semipalatinsk avec le Comité exécutif central du Kazakhstan et à Orenburg.
 
 
 
En été 1917, Auezov épouse une fille de 15 ans nommée Raihan. En 1918, leur fille Mugamilya est née (elle a vécu jusqu’en 2009) et, un an plus tard, en 1919, son fils vint au monde (décédé très tôt). En 1920, Auezov a divorcé.
En 1928, Mukhtar Auezov est diplômé de la faculté de philologie de l’Université d’État de Léningrad et a obtenu son doctorat à l’Université de Tachkent. Au cours des années trente, ses activités fructueuses en tant qu’écrivain professionnel ont commencé à décoller. Il a parcouru le monde à la rencontre de nouvelles personnes et a exploré la vie.
Mukhtar Auezov est décédé lors d’une opération à Moscou le 27 juin 1961. Il a été enterré dans le cimetière central. À Almaty, sur sa tombe, un buste créé par Yevgeny Vuchetich est érigé.
 
 
Après sa mort en 1961, le gouvernement de la République du Kazakhstan a décidé d’immortaliser le nom de l’écrivain. L’Institut de littérature et d’art de l’Académie des sciences a été renommé Institut Auezov de littérature et d’art de l’Académie des sciences, le théâtre académique kazakh d’État, un musée de la mémoire littéraire, une rue et une zone urbaine à Almaty portent également son nom.
Auezov avec sa créativité atteint le plus haut niveau de la littérature kazakhe. Ses écrits appartiennent à différents genres, il a écrit de nombreux essais, nouvelles et pièces de théâtre (beaucoup d’entre eux sont traduits dans d’autres langues), a publié de nombreux articles informatifs, a donné des conférences dans des universités, a écrit et publié des livres.
En 1917, alors qu’il étudiait au séminaire, il écrivit Enilik-Kebek, une pièce de théâtre basée sur des légendes folkloriques. La pièce Enilik-Kebek et l’histoire de Korgansyzdyn kuni, écrite en 1921, ont montré au monde entier son grand talent d’écrivain. À partir de 1923, il commença à consacrer toute son énergie à l’art littéraire et à travailler de manière productive. Entre 1923 et 1926, il est l’auteur d’histoires telles qu’Okygan Azamat, Kyr Suretteri, Uilenu, Eskilik Kolenkesinde, Kinamshil Boizhetken et Karaly Sulu.
Au cours des années 1923-1928, il étudie puis obtient son diplôme de l’Université de Leningrad à la Faculté de langue et de littérature. Au cours des deux dernières années de son étude à Léningrad (Saint-Pétersbourg), il a écrit deux romans très appréciés : Karash-karash et Kokserek.
Auezov a commencé à contempler très profondément les thèmes de l’histoire du Kazakhstan. Sa fixation à l’histoire est démontrée dans ses œuvres Enilik-Kebek, Khan Kene, Kilyzmaan, Aiman-Sholpan et Karakypshak Kobylandy. Pendant 20 ans, il s’est consacré à la prose et à la pièce de théâtre, devenues des classiques de la littérature kazakhe. Dans les années trente, il écrit une série d’histoires : Kasennin Kubylystary, Izder, Shatkalan, Kum men Askar, Burtkiwi et des pièces de théâtre comme Aiman-Sholpan, Tasilek, Shekarada, Tungi saryn.
En 1936, il publia un article de prose intitulé « Tatiananyn kyrdagy ani », connu dans la presse kazakhe en tant que « Kazak adebieti », qui faisait partie du futur roman du même nom. Quelques années plus tard (vers 1940), avec la coopération de Leonid Sobolev, il écrivit la tragédie d’Abaï. Le grand scientifique et enseignant, Auezov, a travaillé sur l’histoire de la littérature kazakhe et sur la formation du personnel. Il était le fondateur des études Abaï, et le principal auteur et éditeur du multivolume « Kazak adebiet Tarihy ». Il a également écrit une monographie sur l’épopée kirghize Manas.

Après l’épopée Abaï Joly, il a commencé à écrire une nouvelle épopée à grande échelle décrivant une nouvelle ère dans le futur. Son premier livre de cette période s’appelle « Osken orken » et a été publié pour la première fois à titre posthume en 1962. Une période d’épanouissement du drame kazakh est associée aux œuvres d’Auezov. Il a écrit plus de vingt pièces et traduit des œuvres classiques du drame mondial et russe telles que Le Revizor de Gogol, Othello et La maîtrise de la musaraigne de Shakespeare, Les Aristocrates de Nikolaï Pogodine, L’amour printemps de Konstantin Trenyov et Officier de la Marine d’A. Kron.
En 1960, avec un groupe d’écrivains soviétiques, il s’est rendu aux États-Unis. En été 1960, il commença à travailler sur une série d’essais intitulée « The American Impressions ». À partir de la moitié de cet été, il se mit à travailler sur le roman La Jeune Tribu. En mars 1961, Auezov entreprit une visite en Inde, incluant une participation aux travaux du IIIe Congrès international pour la paix à Delhi, accompagné d’une délégation dirigée par Nikolaï Tikhonov. Le mois de juin de la même année, il avait prévu de se rendre en Angleterre, le pays de Shakespeare, mais sa mort prématurée avait empêché ce souhait. Le 3 juin 1961, il se rendit à Moscou pour des examens médicaux. Le 27 juin 1961, son cœur a chuté lors d’une opération chirurgicale.
Les vingt premières années de la vie de M. Auezov ressemblent à l’enfance, à l’adolescence et à la jeunesse de son poète et guide spirituel favori – Abaï. Par la suite, dans une épopée célèbre, il décrivit la même steppe, le même village et le même environnement social que celui expérimenté par Abaï.
Mukhtar Omarhanuly a écrit pendant 15 ans son célèbre roman historique épique en quatre volumes intitulé « Abaï Joly » (Chemin d’Abaï) qui a été traduit en russe. En 1949, deux livres du roman Abaï ont reçu le prix de premier niveau de l’Union des républiques socialistes soviétiques. Cette épopée, qui s’est terminée par quatre livres, a reçu le prix Lénine, a été traduite en 30 langues et a reçu des critiques élogieuses de la part de lecteurs du monde entier.

Abaï Joly est l’un des romans les plus populaires et les plus précieux de Mukhtar Auezov. Le premier livre de la série a été publié en 1942 et cinq ans plus tard, en 1947, Abaï a été publié, puis le troisième livre en 1952 intitulé « Abaï Aga » (Frère Abaï). Enfin, le quatrième livre a été publié en 1956. Plus tard, tous les livres ont été reconditionnés et renommés « Abaï zholy » (Le chemin d’Abaï). Les premier et deuxième livres ont chacun sept chapitres et un épilogue. Le troisième livre comporte six chapitres et le quatrième a un épilogue. Toute l’épopée est divisée en 20 courts chapitres, chacun comprenant des situations particulièrement intéressantes.
Le nom de chaque chapitre montre précisément l’état psychologique des événements de l’histoire. Si nous comparons, il y a beaucoup plus de drame, de tragédie, de tristesse et de chagrin que de moments positifs et heureux. Dans le premier livre, nous pouvons clairement voir comment le jeune garçon inexpérimenté grandit et à la fin du quatrième livre, nous voyons comment il est devenu adulte et a changé et qui a finalement échoué.

Nijat Kazimov

Chers lecteurs, nous cherchons les sponseurs pour la réalisation de la publication de l’ouvrage «Anthologie de la littérature kazakhe du XIXe siècle à nos jours». Si vous souhaitez d’être partenaire pour ce projet n’hésitez pas nous contacter par email: contact@editionskapaz.fr
L’équipe de Kapaz

Projet anthologie de la littérature kazakhe
« La présentation du livre intitulé « la vie d’Emigrés » de Timouchtine Hadjibeyli
« La mort de la poésie ». Article de Kismat Rustamov »