Une formidable découverte artistique du Ballet National de l’opéra Abaï du Kazakhstan septembre 19, 2019 – Publié dans Littérosa – Tags: , , ,

Une formidable découverte artistique du Théâtre Kazakh Académique d’État d’Opéra et de Ballet Abaï autour du ballet classique.

Alors que la scène culturelle française est de plus en plus marquée ces dernières années par l’apparition de talents en provenance du Caucase dans des domaines classiques tels que la musique instrumentale, à l’image du remarquable musicien azerbaïdjanais M. Agharahim Gouliyev (qui nous avait donné l’honneur d’une évadée musicale pour clôturer la présentation de notre dernier livre « La vie d’émigrés de Timoutchine Hadjibeyli), le Kazakhstan nous a hier soir donné un aperçu de ses capacités culturelles et artistiques.

M. Agharahim Goulyev

Grâce au soutien financier du ministère de la culture de la République du Kazakhstan, le Théâtre Kazakh Académique d’État d’Opéra et de Ballet Abaï a pu présenter un ballet autour d’intemporels que sont le Boléro de Ravel, Les Sylphides (ou Chopinaria, joué sur la musique de Chopin et d’après la chorégraphie originelle de Michel Fokine) et autres mélodies symphoniques de Bach regroupées en hommage.
Institution artistique incontournable de l’Eurasie pour ses ballets, le théâtre établi en 1932 à Almaty (Kazakhstan) a choisi Strasbourg, capitale européenne, pour présenter en France pour la première fois de son histoire, son corps de ballet de 38 danseurs.

Ballet Abaï

Un tel évènement a pu prendre place grâce à l’action de l’ambassadeur du Kazakhstan en France, M. Jean Galiev. Cette manifestation culturelle s’inscrit dans le cadre de « L’automne du Kazakhstan en France », qui invite le public français à la découverte culturelle et artistique du Kazakhstan.
Des membres de Kapaz ont ainsi pu s’y rendre pour appréhender l’étendue du talent kazakh, encore malheureusement méconnu du grand public français pour le moment.

Ambassadeur du Kazakhstan en France, M. Jean Galiev


Me. Jean-Emmanuel Medina, co-fondateur des Éditions Kapaz, a ainsi été interviewé à cette occasion par la chaîne de télévision kazakh Qazaqstan, pour transmettre son ressenti et ses réflexions sur l’opportunité d’un tel échange culturel, essence même de la philosophie de Kapaz.

Me. Jean-Emmanuel Medina

M. Nijat Kazimov, également co-fondateur de la maison Kapaz et rédacteur en chef de Littérosa, put insister de surcroit sur notre intérêt dans la littérature étrangère auprès de la même chaîne de télévision. Il a eu aussi l’occasion de discuter avec M. Galiev sur la littérature kazakhe et les activités de l’édition Kapaz.

M. Nijat Kazimov

Après une programmation si réussie, et une satisfaction générale du public de l’auditorium strasbourgeois, nous ne pouvons que souhaiter une belle réussite à la troupe kazakhe pour la suite de sa tournée en France et souhaiter que des expositions culturelles, artistiques et littéraires kazakhes émergent du même élan pour ravir encore le public français.

Valentin Da Fonseca

M. Nijat Kazimov et M. Jean Galiev


M. Jean Galiev et l’équipe de Kapaz
« « Le défis de la littérature face à la technologie numérique ». Qan Turali
« Comprendre Trump par la littérature ». Narmin Kamal »