« Une brève histoire de la littérature ouzbèke ». Nijat Kazimov septembre 22, 2019 – Publié dans Littérosa – Tags: , , ,

Nija Kazimov

Nijat Kazimov, Co-fondateur des Éditions Kapaz et rédacteur en chef de Littérosa. Directeur de la représentantion de la littérature azerbaïdjanaise en France. Auteur du livre « Les pierres en couleurs » .

Si nous parlons sur la littérature d’Asie Centrale, il est inévitable de parler sur la littérature ouzbèke. Après la création des éditions Kapaz, j’étais toujours à la recherche des littératures des pays non-connus en France ou dans les pays francophones. Cette fois-ci, nous nous arrêtons sur l’Ouzbékistan – cœur de la littérature de l’Asie Centrale.

Quand je faisais mes recherches sur la littérature d’Asie Centrale, en tant qu’Azerbaïdjanais, je n’ai pas eu beaucoup de difficultés. Lorsque j’étais à l’école, grâce à nos programmes d’études j’avais déjà eu l’occasion de faire la connaissance des grands auteurs de ces pays, mais surtout de l’Ouzbékistan. A mon avis, la littérature ouzbèke se fait connaître après le livre Samarkand d’Amin Maalouf. L’auteur avait écrit sur la personnalité d’Omar Khayyam, il emmène ses lecteurs à la découverte du contexte historique de ce pays.

La littérature ouzbèke est constituée de quatre étapes :
La période classique
La période coloniale tsariste
La période soviétique
La période d’indépendance

Koroghlu

La littérature ouzbèke moderne repose sur un folklore riche, qu’il s’agisse de discours ou d’arts folkloriques oraux. Les gens ont écrit et rendu des épopées héroïques, dont les personnages étaient des héros, présentés à l’image de forces perverses, qui se battaient contre leurs oppresseurs et leurs esclaves. C’est ainsi que sont nées les épopées du folklore ouzbek, telles que « Koroghlu » (qui existe aussi dans les autres pays turcophones) et « Alpamysh ».

Alpamysh, qui raconte l’histoire du courage et de la bravoure des guerriers ouzbeks, a survécu des siècles et est devenu un véritable monument de la littérature orientale.

Un autre génie de l’art des gens est le cycle de lettres latifas – contes et légendes concernant Nasr Eddin Hodja, un idiot habile et plein d’esprit qui donne une leçon aux riches avides avec ses farces espiègles.

Illustration de Nasr Eddin Hodja
Makhmud Kashgari

Au XIe siècle, parmi une multitude d’œuvres, fondées sur les normes religieuses de la moralité islamique, nous avons le poème perspicace « Kutadgu Bilig » (« La connaissance de la grâce » ou « La science du bonheur ») (1069) de Yusuf Khas Khadjib Balasaguni (Yusuf Balasagun), le poème « Hibat al-Haqa’iq » (« Le don de la vérité ») d’Akhmad Yugnaki et, bien sûr, le « Dictionnaire des dialectes turciques » (1072-74), rédigé par Makhmud Kashgari.

Alisher Navoi

L’âge d’or de la littérature ouzbèke est tombé sur l’époque historique d’Amir Timur et de sa dynastie. Sa popularité est attribuée au fait que les œuvres deviennent plus laïques et exemptes de religiosité excessive. C’est à cette époque que le grand poète, philosophe et homme politique oriental Alisher Navoi, considéré comme un classique de la littérature ouzbek et fondateur de la langue ouzbèke, était en plein essor. Ses œuvres immortelles – « Chordevon » et « Khamsa » sont incluses dans le thésaurus de la littérature mondiale et traduites dans des centaines de langues du monde.

Le dernier membre de la dynastie des Timourides, fondateur de l’État du Grand Mogol en Inde, qui existe depuis deux siècles, Zahiriddin Mukhammad Babur était non seulement un dirigeant et un dirigeant talentueux, mais aussi un remarquable poète de l’époque. Son poème épique « Baburnama », qui décrit sa biographie et l’histoire des peuples d’Asie Centrale, d’Afghanistan et d’Inde, est devenu un chef-d’œuvre de la littérature ouzbèke, précieux monument historique et littéraire de l’époque.

La littérature ouzbèke des XVIIIe et XIXe siècles est lyrique et principalement consacrée à l’amour. Pendant cette période fleurissaient des poètes tels que Nadira Uvaisi, Mashrab, Khorezmi, etc.

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, après l’annexion du Turkestan à l’Empire russe, une nouvelle période moderne de la littérature ouzbèke a été ouverte et est présentée par des personnalités telles que le poète Mukimi et l’écrivain, poète et satiriste Furqat. L’ère soviétique nous a donné des talents tels que le poète et dramaturge Hamza Hakimzade Niazi, le poète et écrivain Sadriddin Ayni, le premier romancier ouzbek Abdullah Kadiri, l’écrivain et philosophe Fitrat – tous deux réprimés sous Staline. Oybek, Gafur Gulam, Abdulla Kahhar Khamid Alimjhan, Uygun et d’autres ont perpétué leurs traditions littéraires.

Nijat Kazimov

Chers lecteurs, nous cherchons les sponseurs pour la réalisation de la publication de l’ouvrage «Anthologie de la littérature ouzbèkhe du XIXe siècle à nos jours». Si vous souhaitez d’être partenaire pour ce projet n’hésitez pas nous contacter par email: contact@editionskapaz.fr
L’équipe de Kapaz

Projet «Anthologie de la littérature ouzbèkhe du XIXe siècle à nos jours».
« Le jour où je me suis aimé pour de vrai
« Le défis de la littérature face à la technologie numérique ». Qan Turali »