Présentation du livre “Tchaar – le cheval sacré des Monts Célestes” novembre 17, 2019 – Publié dans Littérosa – Tags: , , , , ,

Le 15 novembre 2019 a eu lieu à Paris, au Centre Culturel de l’Ambassade d’Azerbaïdjan, la présentation du livre intitulé « Tchaar – le cheval sacré des Monts Célestes », publié par la maison d’édition Kapaz (basée à Strasbourg), en présence de nombreux invités prestigieux, comme l’Ambassadeur du Kirghizstan son Excellence Monsieur Muktar Djumaliev, l’Ambassadeur de France au Kirghizstan son Excellence Monsieur Michaël Roux et l’Ambassadeur du Kazakhstan son Excellence Monsieur Jean Galiev.
L’ouvrage est consacré aux chevaux du Kirghizstan, une race spécifique à cette région du monde, peu connue du public français.

Le modérateur de l’évènement, Monsieur Thierry Edmond a tout d’abord donné la parole à son Excellence Monsieur Muktar Djumaliev, Ambassadeur du Kirghizstan en France, lequel nous a dit combien était son plaisir de savoir que le public francophone allait davantage connaître certaines spécificités de son magnifique pays. Ensuite, son Excellence Monsieur Michaël Roux, Ambassadeur de France au Kirghizstan, a évoqué l’importance des chevaux « Tchaar » dans la mesure où la culture du cheval fait partie intégrante de l’identité kirghize empreinte de liberté et de nature. Ce dernier a remercié les Éditions Kapaz pour la publication d’un tel ouvrage en France, pays d’une importante tradition équestre et pour l’organisation d’un tel évènement au cœur de Paris. Il a aussi exprimé sa satisfaction de voir croître le nombre de touristes français au Kirghizstan depuis qu’il est en poste et s’est réjoui du fait que les relations entre les deux pays se renforcent de jour en jour.

Ensuite, ont pris la parole Monsieur Munarbek Kuldanbaev et Madame Marie-Laure Fromenteil, respectivement, auteur du texte et illustratrice. Grand passionné de chevaux « Tchaar », Monsieur Munarbek Kuldanbaev a évoqué l’histoire de cette race d’équidés, ses recherches et actions pour la préservation et le développement des chevaux « Tchaar » jusqu’alors peu connus en France. Madame Marie-Laure Fromenteil, passionnée par les chevaux et cavalière depuis longtemps, a évoqué son immense plaisir de s’être investie dans le projet artistique en réalisant les nombreuses illustrations.

Après une courte projection d’extraits du film « The true Apoloosa », les représentants des éditions Kapaz ont pris la parole.

Monsieur Nijat Kazimov a attiré l’attention des participants sur l’évolution des activités des éditions Kapaz depuis leur création à Strasbourg et a exprimé sa satisfaction concernant le succès grandissant de cette jeune maison d’édition.

Monsieur Jean-Emmanuel Medina a mis l’accent sur l’importance de la publication d’un tel ouvrage quant à la transmission d’informations inédites au public français relatives au Kirghizstan. Il a évoqué la portée universelle des questions sous-tendues  par l’ouvrage, à savoir, la liberté et la nature ; autant d’éléments composant l’âme secrète du peuple Kirghize traditionnellement nomade mais ancrée dans un territoire.

Monsieur Dilbadi Gasimov a rappelé la richesse de la culture Kirghize, consubstantielle à l’élevage des chevaux et a exprimé sa satisfaction quant à la portée des éditions Kapaz, créant sans cesse des ponts culturels et portant à la connaissance du public francophone des œuvres venues de loin. 

Les interventions ont été suivies d’un concert du groupe folklorique Kirghize « AymKyz » par Elina Sultanalieva composé de prometteurs talents, avec la participation remarquée de « JAAK dance » (danse traditionnelle du Kazakhstan).

Enfin, les participants ont été conviés à une séance de dédicace avec Monsieur Munarbek Kuldanbaev et Marie-Laure Fromenteil laquelle a offert pour le plaisir des petits et des grands de magnifiques illustrations personnalisées du cheval Tchaar.

Le livre est disponible sur le site des Éditions Kapaz:
https://editionskapaz.fr/?product=tchaar-cheval-sacre-des-monts-celestes

Galerie

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

« « Le Crocodile ». Fyodor Dostoïevski
«Révolution Pougatchov». Seymour Baycan »