Continuez la lecture...

« Une brève histoire de la littérature ouzbèke ». Nijat Kazimov septembre 22, 2019 – Publié dans Littérosa

Nijat Kazimov, Co-fondateur des Éditions Kapaz et rédacteur en chef de Littérosa. Directeur de la représentantion de la littérature azerbaïdjanaise en France. Auteur du livre « Les pierres en couleurs » . Si nous parlons sur la littérature d’Asie Centrale, il est inévitable de parler sur la littérature ouzbèke. Après la création des éditions Kapaz, j’étais toujours à la recherche des littératures des pays non-connus en France ou dans les pays francophones. Cette fois-ci, nous…

Continuez la lecture
Continuez la lecture...

« Le défis de la littérature face à la technologie numérique ». Qan Turali – Publié dans Littérosa

Qan Turali est un journaliste et écrivain azerbaïdjanais, il est également professeur de la philopsophie à l’université de langues d’Azerbaïdjan. Il est l’auteur de six romans. Je m’excuse de vous rendre triste, mais… Je m’adonne de plus en plus aux prévisions les plus pessimistes sur l’avenir du monde. Mais, surtout sur l’avenir de la littérature… La littérature dysptopique a quatre chefs-d’œuvre : Eugène Zamiatine « Nous autres », George Orwell « 1984 », Aldous Huxley «…

Continuez la lecture
Continuez la lecture...

« La mort de la poésie ». Kismat Rustamov août 31, 2019 – Publié dans Littérosa

Kismat Rustamov est un poète azerbaïdjanais, né à Bakou , il est l’un des poètes les plus célèbres d’aujourd’hui : en incluant la modernité comme motif poétique, il a rompu avec l’esthétique classique ; il est aussi celui qui a popularisé le poème en prose. Kismat écrit plusieurs essais sur la littérature du monde entier jusqu’à nos jours. J’avais lu une excellente histoire dans un livre sur l’histoire de la poésie. Malheureusement, je ne me…

Continuez la lecture
Continuez la lecture...

« La Salle n° 6 ». La nouvelle de Anton Tchekhov août 28, 2019 – Publié dans Littérosa

I Dans la cour de l’hôpital, perdue dans une véritable forêt de bardanes, d’orties et de chanvre sauvage, s’élève une petite annexe. Le toit en est rouillé, la cheminée à demi écroulée, l’herbe pousse sur les degrés pourris de l’entrée, et des crépissages il ne reste que des vestiges. La façade principale regarde l’hôpital, celle de derrière est tournée vers les champs, dont la sépare, grise et garnie de clous, la barrière de l’hôpital. Ces…

Continuez la lecture
Kapaz

GRATUIT
VOIR